Dumnacus

pont Dumnacus -ponts-de-ce

Le livre VII de la Guerre des Gaules ne précise pas le lieu où Jules César a maîtrisé la révolte des Angevins conduits par Dumnacus, ou Dumnac, un an après Alésia.

Les Ponts-de-Cé ont pourtant adopté l’insurgé angevin par amalgame avec une légende de la Renaissance encore tenace. D’après celle-ci, une attaque gauloise a empêché d’inscrire sur le pont la dernière syllabe du nom de César, expliquant ainsi le suffixe du nom de la ville. Au XIXe siècle, David d’Angers rêve de voir une statue colossale de Dumnac sur les rives du fleuve.

Son vœux est réalisé en 1887, lorsque l’une de ses statuettes, ornant le socle du monument du roi René à Angers, sert de modèle à l’un de ses élèves, Hubert-Louis Noël, pour la sculpture érigée sur le parapet du nouveau pont.